Stage ANAFLU

le stage ANAFLU…..une partie de plaisir ????

Petit rappel, une fois le permis en poche, peu importe le permis, le jeune titulaire de ce papier croit être le roi de la conduite…..comme d’habitude.

Au sein de notre institution, pour être en règle, il est bien sur nécessaire de détenir le permis côtier avant de pouvoir prendre des passagers en pirogue……mais, dans le cadre opérationnel, on passe un stage supplémentaire qui permet de pallier à tout dans le cadre des voyages en pirogue.

Je me suis donc fait raccroché à un stage ANAFLU (merci Julien), afin de pouvoir transporter des militaires (et donc des civils aussi car il suffit du permis côtier pour louer une pirogue….et c’est une grave erreur à mon sens…).

Me voila donc parti le mardi matin aux aurores sur la base de Stoupan, mon instructeur est très sympa, comme le reste de l’équipe sur zone. On commence donc par la mécanique sur les moteurs 2 temps et 4 temps, les différences entre ce deux moteurs ainsi que les pannes que l’on peut rencontrés en phase de transport……que du concret, c’est ça qui est bon.

Après 1h30 de meca, nous voila en train d’enfiler les gilets pour notre premier cours de navigation sur une pirogue de 12 mètres de long, direction la crique Gabriel….une toute petite crique, très belle, mais qui, avec une pirogue aussi grande, est un peu étroite….Dans

cette crique, on va apprendre les demi-tours, avec ou sans appuis et le débarquement par l’avant des groupes. On enchaine dans la foulée avec de la navigation pour se faire la main avec les pirogues…….On part donc dans le bras que l’on va le plus exploiter, c’est à dire celui ou se situe la zone d’entrainement et quelques carbet.

 

Toute la journée sera dédié à la manip, les demi-tours, les accostages par l’avant et les latéraux par l’avant et par l’arrière…..ouf, la journée se finie, je n’ai plus de bras.

On sort la pirogue et on la déséquipe complet. Le moniteur nous donne l’axe pour le lendemain, grosse journée et nuit dehors…..coooollll, je prends le hamacs.

Le lendemain, départ sur CACAO pour une longue virée. On équipe la pirogue avec tout ce qui va bien, matériel de sécu, moteur de rechange….bref, petit contrôle, tout y est, après une bonne heure de mania sur le bras habituel, et un accostage sur TUFF pour livrer une paire de rangers, nous repartons vers la comté pour aller manger sur CACAO.

En route pour quelques heures de pirogues, nous avons 6 tankers, de quoi faire l’aller et le retour.

Mon binôme prends la barre et nous voila partis, loin dans la comte……au bout d’un moment, on passe devant des carbets, on connait l’itinéraire, mais personne n’y est allé par la rivière, on a pris les recommandations avant de partir, on continue……..et puis, bouuuuummmm, le capot moteur saute dans la pirogue, on a touché, le moteur cale et nous finissons dans les arbres…..on lève le moteur, il n’a rien, on a vraiment de la chance, mais dans cette flotte, on ne voit rien, c’est vraiment difficile de voir les pièges de cette rivière….bon, on a eu plus de peur que de mal, le moteur n’a rien et nous repartons, encore plus loin, j’ai le rôle de BOSS-MAN, c’est à dire que je suis chargé de la sécu de  la pirogue et j’ai les yeux rivés sur le cours d’eau en cas de problèmes….on communique par signe…..et là, sur le tronçon, de plus en plus d’obstacles, de gros cailloux, des troncs et nous arrivons aux rapides….il est 13h00, nous sommes fatigués et visiblement perdus….il n’y a pas de rapides sur les cartes mili, on sait désormais que l’on a dépassé CACAO…..demi-tour et on reprends le chemin inverse en faisant attention à toutes les embuches.

on fini par arriver sur le lieux, on descend et on part manger un morceau. Après un bon break d’une heure, on repart direction la base……je prends la barre et nous voila partis…..

on digère tranquille tout en restant vigilant quand on arrive devant le pont de CACAO, le mono nous avait dis de serrer à gauche après le pont…..nous, nous arrivons dessus, par la droite…..je décide de prendre à droite tout de suite pour éviter les bancs de sables, la marée est basse, il faut faire attention, je coupe à droite et le moteur commence à caler puis on sent un vieux bruit de glissement sous la pirogue, je comprends qu’on est sur le banc et je relève le moteur tout de suite……c’est trop tard, on est posé……le BOSS-MAN n’a rien vu, moi non plus…..on descend de la pirogue et on commence à creuser.Sur la photo je peut encore avancer pas mal avant d’avoir de l’eau à la taille, on appelle à l’aide sur la base, ils sont à 30 mn, on creuse encore pour enrayer la baisse de l’eau………Ils arrivent peu après, l’eau à encore baissée…..

Vu la situation, le bateau ne peux pas tracter, on va donc décharger la pirogue et la pousser à 5, elle est vraiment très lourde mais on a bien creusé…..

du coup, en forçant comme des fous, on arrive à la sortir……

 

On a plus qu’à la ré-équiper entièrement, ça va prendre encore un peu de temps….

 

et on repars vers la base, tranquillement, il n’y a pas eu de casse et on a bien appris le boulot….du coup, on devait se reposer un peu avant la conduite de nuit, ben voila, le repos est pris…..un peu comme à l’armée.

Il me reste à peine 20 mn pour mettre mon hamac pour dormir ce soir, au retour de la mission…..et nous voila partis pour la nuit, on reste très concentré car on y voit rien et on arrive vite….Nous rentrerons de la sortie nuit à 22h00….le temps de se débarbouiller et de boire une petite bière, il est déjà 23h30, demain, on se lève à 5h20….

La journée de Jeudi s’est bien passé aussi, malgré la fatigue, on a pris en compte le stage SAC et on a fait un peu de mania sur la rivière, et sur la terre, et oui, j’ai manipé une remorque de 15 m de long pour la faire passer dans le débarcadère…..j’aime pas trop ça mais j’y suis arrivé, à force de patience….

Le vendredi, c’était encore pas mal de mania et le test…..

Le bilan de ce stage est excellent, j’ai pu apprendre à ne pas mettre en danger la vie des gens embarqués dans la pirogue, je reste persuadé que prendre des personnels sur une pirogue sans formation est très dangereux….mais on ne peut pas demandé aux civils de faire ce type de formation….dommage pour eux.

Pour ce qui est du poste des personnels à la base, ils sont certes tranquilles et bien placés mais leur mission difficile ne leur laisse pas beaucoup de temps pour respirer….

En ce qui me concerne, je suis beaucoup plus serein avec une pirogue dans les mains, cette formation est tres bénéfique et me permettra de faire des missions milis, un peu, au lieu de rester vissé à mon fauteuil d’informaticien……Merci à Stoupan.

 

Leave a Reply